Cours et Options‎ > ‎

Accompagnement Personnalisé

Au collège, les élèves ont des heures de cours et des heures où ils sont accompagnés dans leur acquisition de nouvelles méthodes de travail.
Actuellement, ces temps sont prévus dans leur emploi du temps, en plus des heures de cours. Ces heures concernent tous les élèves de 6e et les élèves volontaires des autres niveaux, qui travaillent en petits groupes (dans le cadre de l'accompagnement éducatif).
À la rentrée 2016, il est prévu d'augmenter le nombre d'heures d'accompagnement et de les rendre obligatoires pour tous les élèves. La seule façon de conserver des petits groupes sera d'y consacrer une partie du budget horaire du collège. Par ailleurs, ces temps d'accompagnement seront pris sur les heures de cours, et non en plus. Il reviendra donc à chaque collège de définir quelles heures de quelles matières seront transformées en temps d'accompagnement.

Le contenu de ces heures n'est pas précisé exactement par les textes (voir plus loin). On peut supposer que l'organisation sera très variable suivant les établissements. Certains envisagent de dédier ces heures à un travail méthodologique général. D'autres proposent que chaque collègue travaille pendant ces heures les méthodes au programme de sa discipline, ce qui semble logique dans la mesure où l'AP est pris sur le temps de certaines disciplines. En effet, si l'enseignant ne propose pas un travail propre à sa discipline pendant l'AP, c'est une heure disciplinaire en moins pour les élèves. Toutefois, légalement, l'organisation relève du conseil d'administration. Nous ignorons quelle sera la liberté laissée ensuite à chaque enseignant.




Comment aide-t-on les élèves actuellement ?

Il existe différents dispositifs pour aider les collégiens à progresser[1], certains se déroulent en classe entière (groupe-classe, 6e1 par exemple), certains en groupes réduits, dans tous les cas en plus des heures de cours habituelles.

Ce qui existe aujourd’hui :
  • pour le niveau 6e (pour chaque classe de 6e) : l’accompagnement personnalisé, 2 heures par semaine, qui doit permettre à l’élève d’acquérir des « méthodes pour accroître et consolider ses compétences et pour approfondir ses connaissances ». L’établissement peut cependant choisir d’utiliser une heure pour tous les élèves, (par exemple pour toute la 6e1) et une autre heure pour ceux qui ont des besoins spécifiques (par exemple avec une partie des élèves de 6e1). Il existe par ailleurs en 6e les PPRE (programme personnalisé de réussite éducative) pour aider les élèves en très grande difficulté notamment en mathématiques et en français, en petits groupes. Le collège peut recevoir une enveloppe de 36 à 72 heures à utiliser sur l’année à cette fin. 
  • pour les élèves volontaires, à tous les niveaux du collège: l’accompagnement éducatif qui permet de proposer (au choix dans chaque établissement) aide aux devoirs, pratique sportive, pratique artistique et culturelle, pratique orale des langues vivantes, en général 2 heures par semaine[2].

L’accompagnement personnalisé à la rentrée 2016 : horaires et contenus.

Le terme « d’accompagnement personnalisé » est repris dans les textes de la réforme. Le Ministère en redéfinit les contenus et les modalités, pour l’appliquer à tous les niveaux du collège, à la place de certains cours et pas toujours en petits groupes.

L’Accompagnement Personnalisé est une aide apportée à chaque élève pour lui permettre par exemple d’acquérir des méthodes (comment bien apprendre une leçon ?), de renforcer ou d’approfondir ses connaissances[3], selon les modalités suivantes :
  • « 3 heures en sixième et au moins 1 heure en 5e, 4e et 3e »
  • « Tous les élèves d’un même niveau suivront le même nombre d’heures d’accompagnement personnalisé  »
  • « Les élèves seront regroupés en fonction de leurs besoins et au sein de groupes à la composition variable tout au long de l’année (c’est-à-dire pas dans leur groupe classe) pendant l’accompagnement personnalisé. »[3]
Il est question de travailler en groupes. Précisons que ce terme de « groupe », employé seul, ne signifie pas forcément « groupe réduit », « petit groupe » ou « demi-groupe ». Ainsi, une classe A composée de 30 élèves et une classe B composée de 30 autres élèves peuvent être réorganisées en deux groupes de 30 élèves chacun, en fonction de leurs besoins : groupe 1 (15 élèves de la classe A et 15 élèves de la classe B) et groupe 2 (les 15 autres élèves de la classe A et les 15 autres élèves de la classe B).

Un détail concernant les niveaux 5e, 4e et 3e : l’établissement doit répartir au total 4 heures pour l’Accompagnement Personnalisé et les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires, dont « une à deux heures » par semaine pour l’Accompagnement Personnalisé. La répartition exacte du nombre d’heures entre AP et EPI est laissée à la libre appréciation de l’établissement[4].

L'Accompagnement Personnalisé nouvelle formule : qu'est-ce que c'est ?  L'enseignant doit-il y faire travailler sa discipline (sa matière) ou proposer de la méthodologie pour plusieurs matières ?

a) D'après le décret et l'arrêté  du 19 mai 2015, textes prescriptifs, c'est à l'établissement d'en décider.

Le cadre donné par l'arrêté reste vague : "L'accompagnement personnalisé s'adresse à tous les élèves selon leurs besoins ; il est destiné à soutenir leur capacité d'apprendre et de progresser, notamment dans leur travail personnel, à améliorer leurs compétences et à contribuer à la construction de leur autonomie intellectuelle" [4]. Le décret précise que "le contenu (des enseignements complémentaires) est défini par chaque établissement." [14]

b) D'après les programmes, l'Accompagnement Personnalisé ne semble pas mettre en œuvre une seule discipline : "Le travail en français, dans les différents cadres possibles (cours de français, accompagnement personnalisé, enseignements pratiques interdisciplinaires…), permet de nombreux et féconds croisements entre les disciplines." [16], classe de 6e.

c) La circulaire du 30 juin 2015, qui n'est pas un texte prescriptif, se contredit. Elle présente d'abord l'Accompagnement Personnalisé comme étant un travail interdisciplinaire et renvoie aux programmes disciplinaires (au pluriel, et non à chacun d'entre eux séparément) : "Toutes les disciplines d'enseignement peuvent contribuer à l'accompagnement personnalisé. Il est destiné à soutenir la capacité des élèves à apprendre et à progresser, notamment dans leur travail personnel, à améliorer leurs compétences et à contribuer à la construction de leur autonomie intellectuelle. Les professeurs documentalistes et les conseillers principaux d'éducation, dans leurs champs de compétences respectifs, ont vocation à apporter leur expertise dans sa conception et à participer à sa mise en œuvre. L'accompagnement personnalisé prend des formes variées : approfondissement ou renforcement, développement des méthodes et outils pour apprendre, soutien, entraînement, remise à niveau. Quelles que soient les formes retenues, il repose sur les programmes d'enseignement, dans l'objectif de la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, notamment le domaine 2 « les méthodes et outils pour apprendre ». En classe de sixième, les 3 heures d'accompagnement personnalisé ont pour objectif de faciliter la transition entre l'école et le collège, en rendant explicites les attendus du travail scolaire dans les différentes disciplines enseignées au collège et en conduisant tous les élèves à les maîtriser. On cherchera notamment à faire acquérir plus explicitement les méthodes nécessaires aux apprentissages : en lien avec les attendus des différentes disciplines, apprendre une leçon, faire des révisions, comprendre et rédiger un texte écrit, effectuer une recherche documentaire, organiser son travail personnel, etc. Au cycle 4, les élèves bénéficient d'une heure à deux heures hebdomadaires d'accompagnement personnalisé. Il favorise, en classe de troisième, la construction de l'autonomie, dans la perspective de la poursuite d'études au lycée. Les élèves peuvent être regroupés en fonction de leurs besoins, au sein de groupes dont la composition peut varier durant l'année. "[17]

Cependant, la circulaire indique aussi que "Le conseil d'enseignement, qui réunit les professeurs d'une même discipline, réfléchit à la mise en œuvre du programme de cycle, aux besoins de mise en œuvre de l'accompagnement personnalisé dans la discipline et à l'inscription de la discipline dans les huit thématiques des enseignements pratiques interdisciplinaires."

Finalement, elle laisse le champ libre aux propositions des équipes, soumises au vote en conseil d'administration (CA) : [le conseil pédagogique] formule des propositions quant aux modalités de l'accompagnement personnalisé - soutien, approfondissement, méthodes de travail - et de regroupement des élèves, que le chef d'établissement soumet ensuite au conseil d'administration", "l'offre d'accompagnement personnalisé : les modalités de la participation des disciplines à l'accompagnement personnalisé" sera présentée au conseil d'administration.

d) Le dossier de presse collège : mieux apprendre pour mieux réussir [18], qui n'est pas un texte prescriptif non plus, présente très clairement l'Accompagnement Personnalisé comme un temps de travail sur les méthodes des différentes disciplines (page 13, un exemple de travail sur la méthode dans plusieurs matières, mis en œuvre par l'enseignant d'histoire-géographie).

La question n'est donc pas clairement réglée, alors que l'Accompagnement Personnalisé a bien lieu à la place des heures de cours de certaines matières.

L'accompagnement personnalisé à la place des cours en 2016

Le Ministère fait apparaître dans sa grille horaire que l’Accompagnement Personnalisé (ainsi que les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) a lieu à la place de certaines heures de cours. En 6e par exemple, si l’on observe la nouvelle grille horaire communiquée par le Ministère et que l’on additionne les heures de chaque discipline, on obtient un total de 26 heures par semaine par élève. Or, il est indiqué en bas du tableau que sur ces 26h de cours, trois seront dédiées à l’accompagnement personnalisé[4] et [5].

Par ailleurs, ce temps pris sur les heures de cours concerne potentiellement n’importe quelle matière puisque « tous les enseignants peuvent assurer l’accompagnement personnalisé. Il sera alors inscrit dans leur service hebdomadaire. »[3] C'est à chaque établissement de décider de quelles matières il s'agit.

La mise en place de cet Accompagnement Personnalisé correspond à ce qui était prévu par la loi de Refondation de l'école votée à l'Assemblée Nationale en juillet 2013. Cependant celle-ci ne prévoyait absolument pas de prélever l'Accompagnement Personnalisé sur les heures de cours. Ainsi, la décision de retirer aux heures de cours pour mettre en place l'Accompagnement Personnalisé n'est apparue que deux ans plus tard, tout récemment, dans les projets de décret et d'arrêté présentés en mars 2015 par la Ministre et publiés le 19 mai 2015.

Étonnamment, un autre site gouvernemental communique dans sa foire aux questions qu’« il n’y aura de baisse horaire pour aucun enseignement disciplinaire ».[6]   Cette affirmation (parfois reprise dans les médias) contredit les contenus des textes officiels publiés le 19 mai 2015.

Pour tout savoir sur la nouvelle grille horaire, cliquez ici !


L'accompagnement personnalisé préférentiellement sur les heures de Français en 2016 ?

Les textes instituent que « Toutes les disciplines d'enseignement contribuent aux enseignements complémentaires »[7], c'est-à-dire que toutes les disciplines contribuent à l'Accompagnement Personnalisé (AP) et/ou aux Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI). Mais à la lecture des programmes[8] on peut se demander si toutes les matières seront effectivement sollicitées et si la contribution sera également répartie.

Les programmes officiels sont parus le 26 novembre, après la présentation de deux versions des projets de programme. La seconde version des projets de programmes avait été remise par le CSP le 18 septembre 2015 au MEN, après le temps de consultation des enseignants sur la base du projet initial d'avril 2015[9]. Le refus de cette version 2 des programmes par le CSE le 8 octobre 2015[10] [11] n'a entraîné aucune annonce de révision du projet en dehors de la prise en compte de quelques amendements mineurs.

Apparaissent dans les programmes officiels, et ce depuis la version 2 du projet, deux préconisations sur l'AP (absentes, donc, de la version initiale). Ces deux préconisations d'AP incombent à la partie Français des programmes, et ce sans nuance :

en cycle 3 : « En 6e, ce travail [pour les élèves qui ont encore des difficultés de décodage] devra être poursuivi en accompagnement personnalisé. »  p.118
en cycle 4 : « Les élèves doivent progressivement accéder à la pratique d’un oral codifié et socialisé, éloigné de la pratique spontanée de la conversation courante. [...] Une prise de parole de dix minutes en continu est un objectif raisonnable à atteindre en fin de cycle. Une part des séances d’accompagnement est consacrée à l’entraînement de l’oral. » p.233

Même s'il est clairement précisé dans les programmes pour le niveau 6e que le français se travaille au sein de toutes les disciplines :

« En 6e, cet enseignement [celui du français] est partagé entre le professeur de français, spécialiste de littérature et de langue française, et les professeurs des autres disciplines. Il est donc de la responsabilité de tous les professeurs en ce qui concerne le domaine 1 du socle (Les langages pour penser et communiquer). » p.98

Dans les programmes officiels, le Français est la seule discipline à contenir des injonctions concernant l'AP.


Pourra-t-on constituer des petits groupes pour l'accompagnement personnalisé en 2016 ?

Une base de 2h45 supplémentaires (« marge de 2h45 ») est allouée par classe pour la rentrée 2016 (3h annoncées pour 2017). Ce temps ne change rien au nombre d'heures dans l’emploi du temps de chaque élève s'il est utilisé pour travailler avec de plus petits groupes ou s'il permet à deux enseignants d'intervenir en même temps dans une classe. Par exemple, l’élève peut suivre l’Accompagnement Personnalisé en demi-groupe, au lieu d’être en classe entière. Côté élève, c’est toujours une heure, mais dans de meilleures conditions. Côté professeurs, cela coûte deux heures, puisqu’il faudra encadrer chaque demi-groupe pendant une heure, donc deux heures au total. 

Rappelons tout d'abord un point très important: cette marge est créée pour favoriser le travail en petits groupes (l'arrêté du 19 mai 2015 ne précise pas quels sont les cours qui doivent en bénéficier prioritairement), l’intervention conjointe de plusieurs professeurs dans une classe et la mise en place, sous certaines conditions, d'une option langue et culture de l’antiquité/langue et culture régionale[12]Chaque établissement devra donc opérer des choix en déterminant ses priorités pour utiliser au mieux la marge 

On remarquera que l’Accompagnement Personnalisé ne fait pas partie des temps pour lesquels la Ministre de l’Éducation Nationale a explicitement recommandé le travail en petits groupes. En effet, dans sa lettre aux enseignants, elle évoque des '"effectifs réduits – tout particulièrement en sciences expérimentales, technologie, langues vivantes étrangères et enseignement moral et civique"[13].

Supposons tout de même que le collège souhaite proposer de l'Accompagnement Personnalisé en demi-groupes pour toutes les classes. Que resterait-il de la marge?

3 heures d’AP en demi-groupes consommeraient en 6e 109% de la marge pour les classes de 6e en 2016 (autrement dit, la marge ne suffirait pas, il faudrait la prendre sur un autre niveau) et 100% à partir de 2017 (autrement dit, la marge ne serait dédiée qu’à cela). Pour les autres niveaux (5e 4e, 3e), 1 à 2h d’AP en demi-groupes consommerait 36 à 73% de la marge pour ces classes en 2016 et 33 à 67% à partir de 2017.  Afin de réduire la consommation de la marge, plusieurs pistes sont envisageables, comme proposer l'AP en partie en classe entière. Mais mettre en place de l’AP en demi-groupe toute l’année pour tous les élèves du collège semble plus que délicat, dans la mesure où cela rognerait sur une grande partie de la marge, au détriment des autres possibilités d'utilisation.

Les heures d'Accompagnement Personnalisé ne se feront donc pas automatiquement en petits groupes. Tout ou partie de ces heures se fera très certainement en regroupements en effectifs pleins, avec les difficultés qui vont de pair: fortes contraintes d'emploi du temps pour constituer des regroupements par niveau et suivi moins "personnalisé".

Pour mieux comprendre la marge, cliquez ici


Que deviendront les autres dispositifs ?

Les autres dispositifs ne figurent ni dans le décret[14], ni dans l'arrêté du 19 mai 2015. Les PPRE étaient pourtant bien évoqués dans la loi pour la refondation de l’École de la République parue en juillet 2013. L'Accompagnement Éducatif, quant à lui, a été supprimé dans les collèges hors éducation prioritaire dès la rentrée 2015[15].


Source

[1] Circulaire n°2011-118 du 27-7-2011
[2] BO n° 25 du 19 juin 2008
[
3] Le collège 2016 : faire réussir tous les élèves - Questions/réponses, Éduscol. (pdf)
[4] arrêté du 19 mai 2015
[5] Communiqué de presse "Adoption de la réforme du collège", par Najat Vallaud-Belkacem le 10/04/2015
[6] Questions/réponses sur la nouvelle organisation du collège, Éduscol.
[7] arrêté 19 mai 2015, article 3
[8] programmes officiels parus au B.O. du 26 novembre 2015
[9] projets de programme du 15 avril 2015 (version 1) et projet de programmes du 18 septembre 2015 (version 2)
[10] Amendements et rejets des nouveaux programmes : ce qu’il faut retenir du CSE, vousnousils.fr, 9 octobre 2015
[11] La “communauté éducative” recale les nouveaux programmes, Libération.fr, 9 octobre 2015
[12arrêté du 19 mai 2015, article 7  [13] lettre de la Ministre aux enseignants, le 17/04/2015
[14] décret du 19 mai 2015
[15] pas de communiqué officiel de la part du Ministère à notre connaissance à ce jour, mais la suppression des moyens pour l'Accompagnement Éducatif pour la rentrée 2015 a déjà été annoncée en interne par les chefs d'établissement de collèges hors éducation prioritaire.
le Télégramme, mars 2015 ;  la FCPE, janvier 2015 ;  le SE-UNSA, janvier 2015 ;  la FCPE, académie de Toulouse.
[16] Nouveaux programmes, p. 284 cache.media.education.gouv.fr//file/MEN_SPE_11/35/1/BO_SPE_11_26-11-2015_504351.pdf
[17] Circulaire du 30/06/15 http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=90913
[18] Dossier Collège : mieux apprendre pour mieux réussir http://www.education.gouv.fr/cid86831/college-mieux-apprendre-pour-mieux-reussir.html

Page mise à jour le 9 décembre 2015