Cours et Options‎ > ‎

Enseignements Pratiques Interdisciplinaires

La maquette de la réforme du collège 2016 voit l'apparition, en 5e, 4e et 3e, des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI).

  • Une façon différente de travailler : les EPI doivent permettre de construire et d’approfondir des connaissances et des compétences par une démarche de projet conduisant à une réalisation concrète, individuelle ou collective ;
  • 2 à 3 heures hebdomadaires leur sont consacrées : elles sont prélevées sur les cours traditionnels qui y sont travaillés (toutes les disciplines contribuent aux EPI au cours du cycle) ;
  • A chaque établissement de définir, pour chaque niveau, quels thèmes sont travaillés, quelles matières sont impliquées, etc.


EPI : principes généraux et objectifs.

Statut des EPI.

Les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires concernent le cycle 4, c'est-à-dire les classes de 5e, 4e et 3e.


OBLIGATOIRES NON OBLIGATOIRES
 Enseignements communs
= enseignements traditionnels
 Enseignements complémentaires
 Enseignements de complément aux EPI
  • Français
  • Langues vivantes
  • Éducation physique et sportive
  • Arts plastiques
  • Mathématiques
  • Histoire‐géographie
  • Sciences de la vie et de la Terre
  • Physique‐chimie
  • Technologie
  • Accompagnement Personnalisé (1 à 2h)
  • Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (2 à 3h)
  • Langues et cultures de l'Antiquité
  • Langue et culture régionale
  4h prélevées sur les Enseignements communs
 Existent si et seulement si le collège décide de leur consacrer une partie de sa marge horaire professeurs.

Avec l'Accompagnement Personnalisé (AP), les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires font partie de ce que la réforme du collège intitule "Enseignements complémentaires".

Cela ne signifie pourtant pas qu'ils s'ajoutent aux enseignements communs : toute heure dédiée aux EPI sera prélevée sur les enseignements communs[1]. En effet, il ne s'agit pas d'un enseignement supplémentaire mais d'une "nouvelle modalité d'enseignement", autrement dit d'une manière différente d'enseigner les disciplines traditionnelles.

Les EPI font l'objet d'une évaluation prise en compte dans le cadre du Diplôme National du Brevet (DNB)[2].


Caractéristiques des EPI.

  1. Programmes.
  2. Les EPI sont une modalité nouvelle de mise en œuvre des programmes disciplinaires : ils sont en effet pensés comme une manière pour le professeur de réaliser une partie de son programme différemment : "le programme d’enseignement du cycle 4 fixe le cadre des contenus enseignés [dans les EPI]"[3]. D'autre part, leurs contenus seront établis en fonction des objectifs de connaissances et de compétences du socle commun de connaissances. [4]

    Les EPI s'inscrivent dans l'un des 8 thèmes de travail suivants :

    • Corps, santé, bien-être, sécurité ;
    • Culture et création artistiques ;
    • Transition écologique et développement durable ;
    • Information, communication, citoyenneté ;
    • Langues et cultures de l’Antiquité ;
    • Langues et cultures étrangères ou, le cas échéant, régionales ;
    • Monde économique et professionnel ;
    • Sciences, technologie et société.

    Au moins 6 de ces thèmes seront traités par chaque élève au cours du cycle 4, à raison d'au moins 2 thèmes différents traités chaque année.[5]

    Enfin, les EPI doivent également contribuer à la mise en œuvre des trois parcours éducatifs : le parcours citoyen, le parcours d'éducation artistique et culturelle (PEAC) et le parcours individuel d'information et de découverte du monde économique et professionnel (PIIODMEP). » [6]

    N.B. Toutes les disciplines doivent contribuer aux EPI au cours du cycle 4.[7]


  3. Principes du travail en EPI.
  • L'interdisciplinarité : chaque EPI mêle plusieurs disciplines autour d'un thème, de manière à permettre aux élèves de « comprendre le sens de leurs apprentissages en les croisant ». « Ces enseignements ne sont pas interdisciplinaires au sens où ils mobiliseraient nécessairement des notions et concepts communs à des disciplines différentes. Ils permettent en revanche de s'appuyer sur des connaissances issues des disciplines mais appliquées à des objets communs au sein d'un projet porté par des équipes. » [8] Les EPI impliquent donc, entre les professeurs, une importante concertation pour laquelle temps et organisation ne sont pas précisés par les différents décrets.
    Nous ferons remarquer que la question de l'efficacité de l'interdisciplinarité ne fait pas consensus ; cette méthode pédagogique a ses défenseurs et ses détracteurs, sans qu'il soit aucunement possible de trancher le débat.[9]

  • La pédagogie par projet : les EPI favorisent en effet une démarche de projet conduisant à une réalisation concrète, individuelle ou collective (site internet, magazine, maquette, etc.), qui fera l'objet d'une évaluation. L'objectif est de placer l'élève dans une démarche active qui l'amène à utiliser et concrétiser savoirs et compétences.[10]

  • Les élèves travailleront-ils en petits groupes dans ces EPI ? En tant que tels, les EPI n'ont pas lieu en effectifs réduits (cf. ci-dessous, 2.3). L'EPI de base a lieu en classe entière : à partir de là, latitude est laissée au professeur de constituer des petits groupes de travail ("îlots") ou non. Le texte de la réforme du collège indique que le projet est censé être individuel ou collectif : le travail peut donc lui aussi être individuel ou collectif. Il appartiendra aux professeurs de définir les modalités de travail de leur EPI (travail en groupes ou non, taille de ces groupes, etc.), comme c'est d'ailleurs le cas actuellement de n'importe quel cours classique.
  • Ces temps de travail doivent favoriser l'usage des outils numériques et des langues vivantes étrangères et développer l'expression orale, l'esprit créatif et la participation.[11]
    On peut remarquer que l'utilisation des outils numériques est limitée par les moyens dont disposent les établissements. Au total, dans un établissement lambda, chaque semaine auront lieu a minima 3 EPI (s'il n'y a qu'une classe par niveau), soit 6h d'EPI a minima par semaine : le chevauchement de créneaux deviendra problématique si l'établissement ne dispose que d'un C.D.I. Il le sera d'autant plus si l'établissement comporte plusieurs classes par niveaux.

N.B. Des exemples de ces EPI sont fournis sur la page de présentation du site de l'Education Nationale, "Collège : mieux apprendre pour mieux réussir" ainsi que dans les projets de programmes pour le cycle 4 (CSE, 9 avril 2015 mis à jour le 15 avril 2015), en annexe p.58. Nous en avons analysé trois exemples ci-dessous.

Le cas des EPI "Langues et cultures de l'Antiquité" et "Langue et culture régionale".

  • Le cas de l'EPI "Langues et cultures de l'Antiquité" est particulier voire, peut-être, dérogatoire d'après Mme F. Robine, directrice générale de la DGESCO.
    Vous trouverez toutes les informations détaillées concernant cet EPI dans la rubrique Latin et grec, II. 2. L'EPI "Langues et cultures de l'Antiquité".
  • Le sort de l'EPI "Langue et culture régionale" reste ambigu : on ignore en particulier s'il est "dérogatoire" comme ce serait le cas de l'EPI "Langues et cultures de l'Antiquité".
    Vous trouverez toutes les informations détaillées concernant cet EPI dans la rubrique Langues Vivantes, II. 3. Langues régionales.

EPI et IDD : quelles différences ?

Les EPI ont été à plusieurs reprises comparés aux anciens Itinéraires de Découvertes (IDD)[12].

  • Que sont les Itinéraires de Découverte (IDD) ?

    Parallèlement à une réduction des horaires disciplinaires, les IDD, mis en place au collège à la rentrée 2002, « [étaient] organisés à raison de deux heures hebdomadaires inscrites dans l'emploi du temps de la classe, en vue de permettre aux élèves de s'investir dans des projets interdisciplinaires et de travailler de façon autonome individuellement ou en groupe. Portant sur au moins deux disciplines, ils donnent lieu à la réalisation d'une production individuelle ou collective. » (circulaire 2002-160 datée du 2 avril 2002).
    On retrouve les principes d'interdisciplinarité et de démarche de projet qui ont inspiré la conception des EPI (cf. ci-dessus).

    Que sont devenus les IDD ? Certains établissements les pratiquent encore ; d'autres les ont abandonnés pour consacrer le budget horaire à d'autres formes d'enseignement. Le bilan des IDD n'a pas fait l'objet d'un rapport de l'IGEN à ce jour...

  • Qu'est-ce qui différencie les EPI ?
    • Les IDD ne s'appliquaient qu'en classes de 5e et 4e : les EPI concernent les classes de 5e, 4e et 3e ;
    • Les IDD bénéficiaient d'une dotation horaire spécifique ; les heures d'EPI sont prélevées sur les enseignements communs ;
    • Contrairement aux IDD, les EPI sont très encadrés par les programmes (forme, thème, durée) ;
    • Les EPI feront l'objet d'une évaluation qui sera prise en compte pour l'attribution du futur diplôme national du brevet.


Organisation et modalités pédagogiques des EPI.

Volume horaire.

  • Combien d'heures par semaine durent les EPI ?

    4 heures d'Enseignements complémentaires sont prévues, dont 2 à 3 heures hebdomadaires d'EPI et 1 à 2h d'AP.

    N.B. La répartition du volume horaire entre EPI et AP doit être la même pour tous les élèves d'un même niveau au sein de l'établissement. [13]

  • D'où viennent ces heures ? S'ajoutent-elles aux heures des disciplines ?

    Non. Les 2 à 3h d'EPI hebdomadaires seront prélevées sur les disciplines impliquées dans chaque projet [14]. Prenons deux exemples simples :

    Pour la 5e A du collège Jules Ferry, le conseil pédagogique a décidé d'organiser au premier trimestre un EPI "Sciences, technologie et société" mêlant Mathématiques, Sciences Physiques et Histoire (exemple fourni par le Ministère de l'Education Nationale) à raison de 3 heures hebdomadaires. Il s'agira de réaliser un magazine consacré à la machine à vapeur. Dans le temps que durera cet EPI (trimestre ou semestre) :

    • les élèves auront 1h30 de cours traditionnels de Mathématiques en moins chaque semaine : au lieu des 3h30 hebdomadaires de Mathématiques, ils auront donc 2h de cours traditionnels et 1h30 d'EPI ;
    • les élèves auront 1h de cours traditionnels d'Histoire-Géographie-Enseignement moral et civique en moins chaque semaine : au lieu des 3h hebdomadaires d'Histoire-Géographie-Enseignement moral et civique, ils auront donc 2h de cours traditionnels et 1h d'EPI ;
    • les élèves auront 0,5h de cours traditionnels de Sciences Physiques en moins chaque semaine : au lieu des 1h30 hebdomadaires de Sciences Physiques, ils auront donc 1h de cours traditionnels et 0,5h d'EPI. Pour éviter de laisser une demi-heure de cours isolée et faciliter l'organisation de l'emploi du temps, le conseil pédagogique a choisi de distinguer une semaine A et une semaine B : en semaine A, les élèves auront donc 2h de cours traditionnels de Sciences Physiques ; en semaine B, ils n'auront pas de cours traditionnels de Sciences Physiques mais 1h d'EPI.

    N.B. Ce seul exemple révèle que :
    - l'organisation des horaires risque d'être difficile dans certains cas ;
    - parfois (notamment pour les disciplines faiblement dotées en heures, comme les sciences physiques ici), les emplois du temps pourront varier sur 2-3 semaines.

    Pour la 4e B du même collège, le conseil pédagogique a décidé d'organiser au premier semestre un EPI "Culture et création artistiques" mêlant Français et Langue Vivante 1 (Anglais) à raison de 2 heures hebdomadaires cette fois. Dans le temps que durera cet EPI (trimestre ou semestre) :

    • les élèves auront 1h de cours traditionnels de Français en moins chaque semaine : au lieu des 4h30 hebdomadaires de Français, ils auront donc 3h30 de cours traditionnels et 1h d'EPI ;
    • les élèves auront 1h de cours traditionnels d'Anglais en moins chaque semaine : au lieu des 3h hebdomadaires d'Anglais, ils auront donc 2h de cours traditionnel et 1h d'EPI.

Comment s'organisent les EPI (répartition des heures, disciplines impliquées, etc.) ?

L'organisation des EPI relève pour une grande part de chaque établissement.
Elle varie en fonction des besoins des élèves accueillis et du projet pédagogique de l’établissement[15].

Il appartient au conseil pédagogique de chaque établissement de :

  • décider la répartition du volume horaire qui leur est dédié entre EPI et AP (4h hebdomadaires à répartir, dont 2 à 3h pour les EPI) ;
  • fixer, pour chaque niveau, quels EPI seront traités, avec quelles matières et pour combien de temps (trimestre, semestre, etc.) ;
  • préciser les modalités de regroupement des élèves en EPI et du recrutement de ces regroupements, c'est-à-dire si les EPI seront imposés ou choisis par les élèves, s'ils seront formés sur les groupes-classes ou sur des groupes inter-classes, etc.
    Constituer des groupes inter-classes implique une gestion très lourde autant d'un point de vue administratif (emplois du temps) que pédagogique (concertations multipliées). Pourtant, que faire quand les Langues Vivantes 2 seront impliquées dans un EPI ? En effet, tous les élèves d'une même classe ne suivent pas la même LV2 : il faudra donc soit former des groupes inter-classes regroupant les élèves de chaque LV2 (mais que faire si, par exemple, la LV2 allemand compte beaucoup moins d'élèves que la LV2 espagnol ?), soit, si l'on conserve les groupes-classes, prévoir un dédoublement d'heure et concevoir un projet qui puisse englober indifféremment les différentes LV2, sans égard pour leurs spécificités culturelles.

Cette variabilité d'un établissement à l'autre soulèvera quelques difficultés dans le cas d'un élève changeant d'établissement au cours du cycle 4 : il sera possible, en définitive, que contrairement à ce qu'impose le décret, cet élève n'ait pas étudié au moins 6 des 8 thèmes de travail à la fin du cycle.

La réforme du collège ne prévoit pas, en l'état, de temps de concertation entre les enseignants pour l'organisation des EPI qui leur échoient. La page de présentation fournie par l'Education Nationale indique simplement que les enseignants des disciplines sollicitées par un projet devront "définir en équipe les contenus des cours".


Les EPI ont-ils lieu en effectifs réduits avec plusieurs professeurs dans la salle ?

Les EPI en tant que tels ne le prévoient pas : pour organiser des cours en effectif réduit ou faire de la co-intervention (deux professeurs de disciplines différentes ensemble dans la même salle), il faudra prévoir des heures que l'on prendra sur la marge horaire (2,75h hebdomadaires affectées par le rectorat pour chaque division en 2016, 3h en 2017).
L'usage de cette marge horaire n'a rien d'obligatoire ni de systématique : c'est à chaque établissement de décider s'il l'utilise et dans quelle proportion.

Cependant, cette marge est fortement sollicitée et non exclusivement par les EPI (Accompagnement Personnalisé  en effectifs réduits ; matières scientifiques : T.P. en effectifs réduits ; Langues Vivantes : travail en demi-classe ; Enseignements de complément de langues et cultures de l'Antiquité ou de langue et culture régionale, etc.) : de fait, la possibilité des EPI en effectifs réduits ou avec intervention simultanée de plusieurs professeurs est limitée.

Vous trouverez les informations détaillées dans la rubrique La marge en pratique, "Avec la réforme du collège en 2016" ; un tableau illustre les difficultés esquissées ci-haut.


Trois exemples concrets d'EPI analysés.

Voici trois des exemples d'EPI proposés par l'Education Nationale sur la page de présentation de la réforme du collège[16] :

Sciences et société : mathématiques, physique et histoire

Un magazine consacré à la machine à vapeur
Nadia, Carole et Jérôme sont en classe de 4e. Ce trimestre, le jeudi après-midi de 14 h à 16 h, avec leurs professeurs de mathématiques, de physique-chimie et d’histoire, ils mènent un projet sur la machine à vapeur : créer un magazine consacré à cette invention. Du cours d’histoire, ils utilisent leurs connaissances sur la révolution industrielle au XIXe siècle. Du cours de physique, le chapitre sur la pression d’un gaz. Leur professeur de mathématiques leur a demandé de prouver qu’il s’agissait réellement d’une révolution en calculant, à partir de la vitesse d’un cheval et la vitesse des premiers trains, le temps gagné pour rejoindre les villes de Lyon, Marseille, Orléans et Nantes depuis Paris.

Nadia, Carole et Jérôme rédigent actuellement leur magazine et seront évalués dans quelques semaines sur ce projet qu’ils présenteront à toute leur classe.


Analyse de l'exemple n°1 :

a) Organisation :
  • Cet EPI dure un trimestre à raison de 2h par semaine (décisions du conseil pédagogique de l'établissement) ;
  • Les 2h hebdomadaires d'EPI sont prélevées sur trois disciplines : Mathématiques, Sciences Physiques et Histoire. Dès lors :
    - 3x40 minutes hebdomadaires de cours traditionnels seront remplacées par cet EPI (soit 2h de chaque discipline toutes les trois semaines) ;
    - sur le trimestre (base de 12 semaines), 24h de cours classiques au total seront remplacées par cet EPI ;
  • Cet EPI s'effectue en classe entière ;
  • La formulation "avec leurs professeurs de mathématiques, de physique-chimie et d'histoire" peut s'interpréter différemment :
    • Les trois professeurs, X, Y et Z, sont présents ensemble pendant les deux heures de la séance, ce qui serait très gourmand en marge horaire professeurs : cela représente 4h par semaine sur un tiers de l'année, c'est-à-dire 1,33h sur les 2,75h de marge ;
    • Le professeur X est présent la première heure, le professeur Y la demi-heure suivante et le professeur Z la dernière demi-heure. Aucune heure n'est prélevée sur la marge, mais l'organisation est assez complexe (pertes de temps à chaque transition : on peut prévoir que le professeur Y intervienne la semaine A et le professeur Z la semaine B, etc.) et surtout, l'intérêt pédagogique de cette organisation est moindre.

b) Modalités pédagogiques :

  • Les professeurs ont choisi de former des groupes de travail au sein de la classe ("îlots") : ils circulent dans la salle et vont d'un groupe à l'autre au gré des besoins ; nous étudions le cas d'un groupe de trois personnes, Nadia Carole et Jérôme.
  • Nadia, Carole et Jérôme doivent créer un magazine consacré à la machine à vapeur ; ils en feront une présentation finale à l'ensemble de la classe ;
  • Tous les groupes valideront-ils les mêmes compétences ? D'autre part, les EPI sont pensés comme un autre moyen d'enseigner les disciplines ; il est donc légitime de se demander si tous les groupes travailleront les mêmes éléments des programmes, à savoir la révolution industrielle au XIXe siècle (histoire), les propriétés des gaz (Science Physique) et les calculs de vitesse (Mathématiques) : qu'en est-il des autres groupes ?


Information, communication, citoyenneté : enseignement moral et civique, arts plastiques

Les débats en caricatures
Agnès, Éloïse, Léo, Lorraine, Zinedine et Matteo sont élèves en classe de 5e. Leurs professeurs d’arts plastiques et d’enseignement moral et civique ont décidé de réaliser un travail autour de la liberté de la presse et, plus particulièrement du dessin de presse. En enseignement moral et civique, il est demandé à chaque élève d’être en capacité d’argumenter et de confronter ses jugements à ceux d’autrui dans une discussion. Les six élèves doivent se regrouper pour organiser un débat autour de caricatures qu’ils doivent préparer dans le cadre du cours d’arts plastiques. Leur enseignant a choisi de faire venir pendant une heure de cours un caricaturiste du journal local, qu’il a trouvé dans l’annuaire des réservistes citoyens et qui a accepté d’être le grand témoin de ce débat en classe.

Agnès et Zinedine sont doués pour le dessin, ils ont donc réalisé chacun une caricature sur un même sujet qui divise en ce moment les élèves du collège : la proposition des élus du conseil de la vie collégienne d'organiser des Olympiades pour tous les élèves dont la finale aurait lieu un samedi après-midi. Agnès a défendu la proposition alors que Louis a proposé une caricature dans laquelle il critique le fait que cela se fasse en plus des heures de cours. Éloïse et Lorraine ont préparé et animé le débat dans la classe avec l’aide de leur enseignant et ont pu bénéficier d'un regard extérieur sur le sujet grâce au caricaturiste. Chacun a pu exprimer son point de vue. Léo et Matteo ont pris des notes pendant le débat et préparé un article pour le journal du collège.

Les enseignants les ont évalués sur ce projet complet : les caricatures, l’organisation du débat et l’article de presse.


Analyse de l'exemple n°2 :

a) Organisation :
  • Aucune donnée horaire n'est précisée : on ignore combien d'heures hebdomadaires sont dédiées à l'EPI et quelle est la durée de l'EPI (mois ? trimestre ? semestre ?) ;
  • Les heures d'EPI sont prélevées sur deux disciplines : Arts Plastiques, Enseignement Moral et Civique. Dès lors :
    - entre 2x1h et 2x1h30 hebdomadaires de cours traditionnels seront remplacées par cet EPI ;
    - si l'EPI s'étend sur un trimestre (base de 12 semaines), entre 24h et 36h des 2 cours traditionnels seront remplacées par cet EPI ;
    - si l'EPI s'étend sur un semestre (base de 17 semaines), entre 34h et 51h  des  2 cours traditionnels seront remplacées par cet EPI
  • Il n'est pas fait mention d'effectif réduit ; 
  • Deux séances d'EPI (2x1h ou 2x1h30) sont organisées dans la semaine ; pendant la séance, un seul professeur est présent dans la salle de classe.

b) Modalités pédagogiques :

  • Les professeurs ont choisi de former des groupes de travail au sein de la classe ("îlots") : ils circulent dans la salle et vont d'un groupe à l'autre au gré des besoins ; nous étudions le cas d'un groupe de six personnes, Agnès, Éloïse, Léo, Lorraine, Zinedine et Matteo ;
  • Le projet complet évalué comprend la réalisation de caricatures, l'organisation d'un débat et la rédaction d'un article de presse ;
  • Un problème se pose dans cet exemple : il est dit que l'évaluation est faite sur le projet complet mais les élèves y ont effectué des tâches différentes. Zinedine (qui devient Louis) et Agnès sont évalués en arts plastiques, tandis qu'Eloïse et Lorraine ont été évaluées sur des compétences d'oral (gestion de débat), enfin Léo et Mattéo sont évalués sur des compétences d'écrit. Cela pose au minimum la question de la pertinence de l'évaluation qui peut difficilement être présentée comme disciplinaire : chaque élève n'aura pas été évalué sur toutes les disciplines impliquées dans l'EPI.


 Développement durable : physique, sciences de la vie et de la terre, technologie

Des éoliennes en maquette
Lucas et Nora sont élèves en classe de 3e et vont s’intéresser aux éoliennes avec leurs enseignants de physique, de SVT et de technologie. Pour leur projet, Lucas et Nora doivent créer une maquette et faire un reportage vidéo sur le blog du collège.

Du cours de physique, Lucas et Nora utilisent ce qu’ils ont appris sur l’alternateur et les possibilités de production de l’électricité pour expliquer comment une éolienne produit de l’électricité. Avec quelques recherches personnelles, ils parviennent à aller plus loin et expliquer pourquoi certaines éoliennes sont plus performantes que d’autres. Du cours de SVT, le chapitre sur les énergies fossiles et énergies renouvelables qu’ils ont étudié il y a quelques semaines. Leur enseignant de technologie les accompagne dans la création d'une petite maquette représentant une éolienne. Ils ont déjà eu l’occasion en 5e et 4e d’être initiés aux démarches de conception et de modélisation numérique ; ils ont vu comment cela pouvait fonctionner sur un pont. À l'aide d'une maquette numérique, ils mettent en application leurs connaissances pour produire un modèle simple qui associe une hélice, un aimant et une bobine de cuivre qu’ils font tourner grâce à un sèche-cheveux afin d’alimenter une LED.

Lucas et Nora ont été évalués sur cette vidéo dans laquelle ils sont parvenus à expliquer de manière simple comment fonctionnaient les éoliennes et pourquoi elles pouvaient représenter une source d’énergie d’avenir.


Analyse de l'exemple n°3 : l'analyse de l'exemple n°2 est entièrement applicable ici.

Sources

[1] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Annexe 2. Contrairement à ce que peut suggérer la présentation du total 22h+4h par niveaux, les 4h ne sont pas un ajout. Il suffit d'additionner les horaires disciplinaires : on obtient bien 26 heures, parmi lesquelles : 22h sont des "cours traditionnels", 4h des EPI et de l'AP.
[2] Site de l'Education Nationale, "Collège : mieux apprendre pour mieux réussir", 1.2. : "Les projets sont évalués et inclus dans les compétences du diplôme national du brevet."
[3] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Article 3, §1°) ; id. Article 5.
[4] Projet de programme pour le cycle 4, CSE, 9 avril 2015 mis à jour le 15 avril 2015, p.56.
[5] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Article 6, I. 2°) et 3°).
[6] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Article 6, II.
[7] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Article 3, §1°).
[8] Projet de programme pour le cycle 4, CSE, 9 avril 2015 mis à jour le 15 avril 2015, p.56.
[9]Nous renvoyons, notamment, à l'article de J. Hamel, "La pédagogie comme pivot de l'interdisciplinarité" qui pose les termes du débat tout en émettant quelques critiques et réserves ; E. Morin et J.-M. Zakhartchouk sont engagés dans la défense de l'interdisciplinarité : nous renvoyons à leurs articles et ouvrages respectifs ; le n°521 des Cahiers Pédagogiques consacre un dossier à l'interdisciplinarité dont il vante les mérites (présentation) ; parmi les détracteurs, citons L. Tourret : nous renvoyons à son récent article "La réforme du collège 2016 défend l'interdisciplinarité et c'est une aberration". Une étude en psychologie de l'éducation intitulée "Why minimal guidance during instruction does not work" traite la question dans une perspective plus large.
[10] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Article 3, §2°), b
[11] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Article 6, II.
[12] Eduscol, F.A.Q. du collège 2016, "En quoi les EPI diffèrent-ils des IDD ?".
[13] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Article 4, II.
[14] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Annexe 2. Cf. remarque en note [1].
[15] Projet d'arrêté voté lors du CSE du 10 avril 2015, Article 4, II.
[16] Site de l'Education Nationale, "Collège : mieux apprendre pour mieux réussir", 1.2.

Page mise à jour le 17 mai 2015.
Vos commentaires sont les bienvenus, merci de respecter notre charte :

Commentaires