Mieux Comprendre‎ > ‎

Brevet et évaluation: vers la fin des notes?

La réforme du collège concerne son organisation, les enseignements, les programmes, mais aussi désormais l'évaluation des élèves.

Les textes sur l'évaluation des élèves du cycle 1 à 4 ont été travaillés fin septembre et remaniés par le Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) le 15 octobre 2015. Les arrêtés du 31 décembre 2015 sur les modalités d'attribution du Diplôme National du Brevet[1] et sur le nouveau Livret scolaire [2] ont été publiés officiellement au Journal Officiel du 3 janvier 2016. 

Le collège est concerné par la dernière classe du cycle 3 (cycle 3: CM1, CM2, 6e) et le cycle 4 en entier (5e 4e 3e).

Rappelons qu'actuellement, les collégiens font l'objet d'une double évaluation :

  1. évaluation des compétences sur le Socle Commun (il s'agit de cocher des cases correspondant à des compétences et des connaissances, dans un livret)
  2. notation : évaluation chiffrée dans chaque matière, au moyen de notes qui se traduisent par une moyenne dans chaque matière par trimestre sur le bulletin scolaire et qui comptent en 3e pour l’obtention du brevet.

Les actuelles expérimentations autour des évaluations interdisciplinaires par compétences (pas de note chiffrée) ainsi que l’existence de classes sans note dans certains collèges pouvaient déjà laisser penser que les notes auraient une place de moins en moins importante et que l'évaluation par compétences serait développée.
Le nouveau bulletin scolaire [3], l'arrêté sur le nouveau brevet[1] et le projet de texte sur l'évaluation[5] semblent confirmer cette tendance à la suppression progressive des notes et au développement de l’évaluation par compétences.


Le nouveau Diplôme National du Brevet (DNB), série générale

Pour obtenir le brevet 2017, l’élève devra obtenir la moyenne, soit 350 points sur 700[1]. Nous relayons ici la présentation faite par le Ministère : sur ces 700 points, le contrôle continu sera noté sur 400 (tout au long du cycle 5e/4e/3e), le contrôle final sera sur 300 (épreuves finales en fin de troisième). Cependant, "contrôle final" ne doit pas être confondu avec "épreuves avec sujet national commun à tous les élèves et anonymat des copies". En effet, l'épreuve finale orale sur 100 points sera organisée par chaque établissement.

En bref, seuls 30% des points dépendront d'épreuves avec sujets nationaux et anonymat garanti. Le reste des points relèvera d'évaluations organisées dans chaque collège.

Le premier mercredi de chaque année scolaire aura lieu une remise officielle des brevets obtenus l'année précédente. Cette cérémonie rassemblera la communauté éducative et les élus locaux autour des élèves.

Le contrôle continu: 400 points sur le Socle

En 2016-2017, les notes sur vingt que les élèves de 3e recevront dans chaque matière ne compteront plus du tout pour l'obtention du brevet (en supposant que ces notes existent encore), alors qu’aujourd’hui, les résultats des élèves leur permettent de cumuler des points toute l’année dans toutes les matières (sauf en histoire géographie).

L'élève ne recevra plus de points en fonction des notes attribuées par les professeurs dans chaque matière tout au long de l'année. Il recevra des points en fonction de son niveau de maîtrise des compétences du Socle Commun, lui-même remanié.

Les compétences apparaitront dans le livret scolaire de la scolarité obligatoire.

L’élève obtiendra pour chaque domaine, sans aucune modulation possible :

  • 10 points (maîtrise insuffisante),
  • 25 points (maîtrise fragile),
  • 40 points (maîtrise satisfaisante),
  • 50 points (très bonne maîtrise).

Les élèves ayant suivi un enseignement de complément (latin/grec)  obtiendront 10 points si les objectifs du cycle sont atteints, 20 points s'ils sont dépassés, sans modulation possible. C'est l'enseignant ayant eu en charge les élèves qui évalue si les objectifs sont atteints.

D'après le livret de compétences mis en ligne par le Ministère, il y aura huit domaines (en fait cinq domaines, mais le premier comporte lui-même quatre sous-domaines à valider).

Tous les élèves auront donc au moins 80 points (maîtrise insuffisante). 

Un niveau de "maîtrise satisfaisante" lors du contrôle continu permettra presque d'obtenir à lui seul le Brevet (320 points sur les 350 points de moyenne nécessaires). En effet, les points attribués pour chaque niveau de maîtrise ont été revus à la hausse par le CSE le 15 octobre 2015 pour "rendre l'obtention du DNB plus probable" (amendement 2 article 8)[4].

En pratique il sera certainement difficile de faire correspondre l'évaluation chiffrée sur 20 et l'évaluation du socle. Cela nécessiterait de vérifier que le total de points des compétences cochées donne un résultat du même ordre de grandeur que la moyenne annuelle de l'élève. Pour cela il faudrait avoir accès à une moyenne annuelle, ce qui n'est pas certain, si des professeurs abandonnent la notation chiffrée. En l'absence d'un minutieux travail de vérification, il est possible que les deux évaluations donnent des résultats assez différents.


Le contrôle terminal sur 300 points : trois épreuves finales (deux écrites, une orale).

Jusqu'à la session 2016, chaque épreuve correspond à un enseignement bien différent (épreuve de mathématiques, épreuve de français, épreuve d’histoire géo éducation civique, épreuve d’histoire de l’art).

La volonté de regrouper les matières par pôles prend corps avec la nouvelle mouture du brevet (pôle scientifique, pôle littéraire), même si l'intitulé des matières reste présent. Les épreuves finales du brevet font l'objet d'une note chiffrée tout en s'appuyant grandement sur l'évaluation des compétences.

Voici le détail de chacune de ces trois épreuves, chacune d'entre elles étant notée de 0 à 100 :

  1. La première épreuve écrite (mathématiques, physique-chimie, sciences de la vie et de la terre et technologie) dure 3 h et se compose de deux parties, séparées par une pause de quinze minutes
    • La première partie (2 heures) porte sur le programme de mathématiques (45 points pour les exercices + 5 points pour la présentation de la copie et l'utilisation de la langue française). Elle permet l'évaluation de la maîtrise des compétences « chercher », « modéliser », « représenter », « raisonner », « calculer » et « communiquer » définies dans le programme du cycle 4.
    • La seconde partie (1h30) porte sur les programmes de physique-chimie, sciences de la vie et de la terre et technologie (45 points pour les exercices + 5 points pour la présentation de la copie et l'utilisation de la langue française). A chaque session de l'examen, la commission nationale d'élaboration des sujets choisit deux disciplines parmi ces trois. Pour chaque discipline, le sujet se compose d'un ou plusieurs exercices d'une durée de trente minutes répartis en deux sous-parties. La discipline des exercices de chaque sous-partie est précisée afin de permettre une correction distincte.
        Pour la série professionnelle, le choix des sujets tient compte des spécificités des classes de troisième préparatoires à l'enseignement professionnel, des classes des sections d'enseignement général et professionnel adapté et des classes de troisième de l'enseignement agricole.

        2. La seconde épreuve écrite (français, histoire et géographie, enseignement moral et civique) dure 5h et se compose de deux parties. La maîtrise de la langue française à l'écrit est évaluée par des exercices différents dans chacune des deux parties, mais principalement dans la deuxième consacrée à l'écrit sous différentes formes.
    • Première partie (3 heures) : analyse et compréhension de textes et de documents, maîtrise de différents langages; divisée en deux périodes séparées par une pause de quinze minutes. Cette première partie s'appuie sur un double corpus constitué de documents spécifiques aux disciplines français, histoire, géographie et enseignement moral et civique, qui comprend au moins un document relevant de l'histoire, de la géographie ou de l'enseignement moral et civique ; au moins un texte littéraire d'une longueur maximale d'une trentaine de lignes ; au moins un document iconographique ou audiovisuel.
      •  Première période (2 heures) : histoire et géographie, enseignement moral et civique (50points)

                              - exercice 1. Analyser et comprendre des documents (20 points)
                              - exercice 2. Maîtriser différents langages pour raisonner et utiliser des repères historiques ou géographiques (20 points)
                              - exercice 3. Mobiliser des compétences relevant de l'enseignement moral et civique (10 points)

             Les exercices prévus dans cette partie ouvrent la possibilité, pour les élèves des classes de troisième des sections bilingues français - langue régionale, de composer en français ou en langue régionale.

      •  Deuxième période : français (1 heure) : comprendre, analyser et interpréter (20 points. L'épreuve prend appui sur un corpus de français, composé d'un texte littéraire et, éventuellement, d'une image ou d'un document artistique. La compréhension est évaluée par  une série de questions sur ces documents. Certaines de ces questions sont d'ordre lexical et/ou grammatical.
    • Deuxième partie (2 heures) : français - rédaction et maîtrise de la langue (30 points) : dictée (5 points) et réécriture (5points) : 30 minutes;  travail d'écriture (20points) : 1h30. Deux sujets sont proposés au candidat, qui traite, au choix, l'un des deux : le premier est un sujet de réflexion, le second un sujet d'invention. Les candidats doivent produire un texte d'une longueur de deux pages au moins.

      Pour les candidats de la série professionnelle, des sujets distincts sont élaborés en adéquation avec les spécificités des classes de troisième préparatoires à l'enseignement professionnel, des classes des sections d'enseignement général et professionnel adapté et des classes de troisième de l'enseignement agricole. Ces spécificités sont explicitées dans des référentiels adaptés établis sous l'autorité du ministre chargé de l'éducation nationale ou, pour l'enseignement agricole, du ministre chargé de l'agriculture. 

3. L'épreuve orale (soutenance d'un projet) dure 15 minutes. Le candidat présente l'un des projets qu'il a menés au cours des enseignements pratiques interdisciplinaires du cycle 4 ou dans le cadre de l'un des parcours éducatifs (parcours avenir, parcours citoyen, parcours d'éducation artistique et culturelle) qu'il a suivis. L'oral se déroule en deux temps : un exposé suivi d'un entretien avec le jury. La maîtrise de l'expression orale est évaluée sur 50 points ; la maîtrise du sujet présenté sur 50 points.

       L'épreuve obligatoire d'histoire des arts disparait. Ce sera à l'élève de choisir le thème de son épreuve orale. Celle-ci peut (mais ne doit pas nécessairement) contenir des éléments d'histoire de l'art. L'obtention du niveau A2 en langue vivante n'est plus une condition à remplir pour obtenir le brevet. Toutefois, si le candidat présente un projet portant sur la thématique « Langues et cultures étrangères ou, le cas échéant, régionales », il peut effectuer une partie de sa présentation en langue vivante, étrangère ou régionale, dans la mesure où cette langue est enseignée dans l'établissement.

        Pour les modalités précises des épreuves, vous pouvez consulter le site eduscol. [6]

L'évaluation des élèves au collège.

Elle reposera toujours sur le Socle Commun de connaissances, de compétences et de culture pour le collège. Il se présente sous la forme de listes de points à acquérir par chaque élève. Un nouveau Socle Commun est prévu pour l'année scolaire 2016-2017.

Les enseignants se réuniront en conseils de cycle pour décider des modalités d’évaluation. Les compétences seront à évaluer en continu, tout au long de l’année pour chaque niveau.

Le livret scolaire[3], très détaillé, suivra les élèves durant toute leur scolarité. Il comprendra :

- le bulletin appelé bulletin périodique. Initialement, le projet de décret n'évoquait pas son existence. Sur ce bulletin seront récapitulés les thèmes vus dans chaque matière (ces thèmes apparaissent déjà dans le cahier de l'élève ainsi que sur le cahier de texte en ligne), en EPI et en AP. Il sera possible pour chaque enseignant d'attribuer une note sur 20 - possible, mais pas obligatoire. En effet, en ce qui concerne l'existence ou non de notes, "la liberté est laissée aux équipes enseignantes" [3]. D'ailleurs, aucune case n'est prévue pour indiquer la moyenne générale. Les EPI se feront pas non plus l'objet d'une note dans le bulletin, mais ils devront être évalués. Enfin, ce bulletin sera conservé pour une durée d'un cycle par l’Éducation nationale. Il aura donc moins d'importance que les bilans de fin de cycle.

- des bilans sur l'acquisition des compétences effectués par les enseignants à chaque fin de cycle (fin 6e, fin 3e pour le collège) selon une échelle de référence qui comprendra quatre échelons.

Les documents conservés par l’Éducation Nationale jusqu'à la fin de la scolarité de l'élève seront ces bilans de fin de cycle (6e et 3e au collège). En fonction de ces bilans, les enseignants devront proposer des modalités d'accompagnement afin de permettre à l'élève d'atteindre les objectifs.


Notes ou pas notes ?

Si la notice du décret sur l’évaluation évoque bien le fait de « diversifier les modalités de notation et d’évaluation », le site du Ministère annonce la mise en place d'un nouveau bulletin sans moyenne générale, avec toutefois la possibilité d'attribuer des moyennes par matière (si les enseignants continuent de noter sur 20). Ces bulletins ne seront pas conservés plus d'un cycle par l’Éducation Nationale. Ce sont les bilans de fin de cycle où figurent les compétences et non les notes, qui resteront.

Quant au nouveau Brevet, il sera désormais tout à fait possible de l'obtenir en se passant des notes attribuées jusque-là pendant l’année par les professeurs des différentes matières.

Une question reste en suspens : si les notes sont abandonnées par certains établissements en 3e, comment les élèves seront-ils affectés en lycée ? Retrouvez les premiers éléments de réponse à cette question par ici : http://www.reformeducollege.fr/mieux-comprendre/orientation-apres-la-3e

Sources

[1] Arrêté du 31/12/15 sur le DNB  : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031742288&dateTexte=&categorieLien=id

[2] Arrêté du 31/12/15 sur le Nouveau livret scolaire http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031742317&dateTexte=&categorieLien=id[2] 

[3] Site du Ministère (Nouveau livret scolaire téléchargeable en bas de la page)

[4] amendement 2 article 8, proposé par le SGEN-CFDT

[5] Projets de textes mis en ligne par le Café pédagogique le 28 septembre 2015 (avant amendements du 15 septembre 2015) :
[6] Site Eduscol : épreuves du nouveau brevet




 ↑ Revenir en haut de page


Page mise à jour le 15 décembre 2016