Programmes‎ > ‎

Nouveau programme de Langues Vivantes

Les nouveaux programmes de langues vivantes (étrangères ou régionales) du collège sont répartis entre ceux du cycle 3 et ceux du cycle 4. En effet, la classe de 6e est désormais intégrée au cycle 3 (ce cycle concerne les classes de CM1-CM2-6e). Les classes de 5e, 4e et 3e font partie du cycle 4. Ces programmes concernent l'enseignement des langues en LV1 et en LV2. La section bilangue n'est pas évoquée; nous ne pouvons donc que supposer qu'elle devra suivre à peu près les mêmes objectifs que la LV1, même si le volume horaire n'est pas le même.

Le programme de Langues Vivantes (étrangères ou régionales) est un programme commun pour toutes les langues, sans prise en compte de la spécificité de l'enseignement de chaque langue. Il est maintenant similaire au programme du lycée : il s’agit d’un curriculum (avec l’énoncé de buts et de stratégies générales) et non plus d’un programme d’études (programme précis de ce qui est à étudier). Il est grandement adossé au socle commun. Ce programme est essentiellement constitué de la liste des compétences à travailler

Les maîtres mots de ces nouveaux programmes sont compétences, entrées culturelles et pédagogie de projet. 


1. Niveau de compétences à atteindre : qu'en est-il du renforcement de l'enseignement des langues annoncé par le ministère ?
Le ministère annonce œuvrer pour un renforcement de l'enseignement des langues au collège.  Or, malgré l'introduction de la LV2 en 5e et de la LV1 pour tous dès le CP, les objectifs à atteindre en fin de collège ont baissé.

En fin de cycle 3 (en fin de 6e) "Il s’agit, pour les élèves, d’atteindre le niveau A1 du CECRL dans les cinq activités langagières et le niveau A2 du CECRL dans au moins deux activités langagières". Pour atteindre cet objectif, une "exposition régulière et quotidienne à la langue" est recommandée. [1]

En fin de cycle 4 (en fin de 3e), on exige désormais en 3e LV1 le niveau A2, tout en indiquant qu'on peut travailler certaines compétences en B1 (alors qu'auparavant, on consolidait le niveau A2 et on commençait à faire progresser les élèves vers le niveau B1 dans toutes les compétences, en ne validant certes que le A2 au brevet) et en 3e LV2 le niveau A2 dans au moins deux activités langagières (au lieu de cinq auparavant). (lien vers Eduscol et le CECRL pour comprendre à quoi renvoient ces niveaux). Toutefois, en LV1, "les activités proposées permettent aux élèves d’atteindre le niveau B1 dans plusieurs activités langagières", sans que le niveau B1 soit pour autant défini comme objectif des programmes. [2]

En guise de renforcement, on diminue le nombre d'heures hebdomadaires, et on diminue de fait les exigences.

Certes, l'apprentissage d'une LV2 dès la 5e augmente le nombre total d'heures de LV2 suivies par les élèves sur l'ensemble du cycle 4, mais le temps d'exposition à la langue par semaine passe de 3h à 2h30, ce qui ne semble pas être suffisant. Par ailleurs, les horaires des sections bilangues n'étant financés qu'en 6e, les élèves de ces sections suivront au total 5h30 par semaine de langues (en comptant les deux langues enseignées) au lieu de 6h actuellement.


2. Programme culturel

Au cycle 3, les connaissances culturelles sont réparties selon trois axes :
- la personne et la vie quotidienne ;
- des repères géographiques, historiques et culturels dans la langue étudiée ;
- l’imaginaire.

On comprend ici la difficulté pour les professeurs des écoles et les professeurs de collège de répartir les éléments du programme conçus sur un cycle lui-même à cheval entre école et collège.

Au cycle 4, Le programme de Langues Vivantes du cycle 4 est décliné en 4 grands thèmes communs à toutes les langues et s'appliquant en LV1 comme en LV2 , "Les professeurs choisissent l’ordre et la manière les plus appropriés pour aborder ces quatre thèmes selon le niveau de la classe."[2]

- langages,
- école et société,
- voyages et migrations,
- rencontres avec d’autres cultures.


A noter que dans les précédents programmes d'anglais, de nombreuses œuvres de littérature (intégrales ou adaptées, patrimoniales ou de jeunesse) étaient au programme, comme Jane Eyre, Oliver Twist, A Christmas Carol, Artemis Fowl, Harry Potter, … Le projet de nouveau programme parle uniquement de « textes littéraires dont le lexique est simple ».


3. Programme linguistique : lexique, grammaire, phonologie


Le programme lexical, grammatical et phonologique tient en une page. Celui du cycle 3 est un peu plus détaillé que celui du cycle 4, même si cela reste un programme général pour toutes les langues. Il sera de ce fait extrêmement difficile d’avoir une cohérence nationale, et même locale, concernant ce que les élèves apprennent d'une année à l'autre. Ceci risque également de poser problème pour les élèves qui changeraient d'établissement en cours de scolarité.
Là encore, les professeurs des écoles et les professeurs de collège devront répartir les éléments du programme conçus sur un cycle à cheval entre école et collège.


4.  Méthodes, axes de travail, outils

  • L'interdisciplinarité

Comme pour l'ensemble du collège, le nouveau programme insiste sur le plurilinguisme.  Le nouveau programme semble être conçu d'abord pour "faciliter les projets interlangues et interdisciplinaires".  Un paragraphe entier est dédié à l'objectif "établir des contacts entre les langues". [2] Est-il bien raisonnable d'en faire une priorité ?  L'interdisciplinaire ne demande-t-il pas un minimum de maîtrise des disciplines ?

Dès le cycle 3, "des projets interdisciplinaires peuvent impliquer le cours de langue vivante (étrangère ou régionale)" [1]

Des exemples de thèmes de travaux interdisciplinaires sont listés pour le cycle 4. L'utilisation de la langue à apprendre (langue cible) n'est pas obligatoire pendant les EPI. En effet, "pour chaque EPI et notamment « Sciences, technologie et société » et « Corps, santé, bien-être et sécurité », les projets et activités peuvent être menés pour partie dans la langue cible." [2]

  • La pédagogie de projet

Au cycle 3,  "des projets interdisciplinaires peuvent impliquer le cours de langue vivante (étrangère ou régionale)" [1]

Au cycle 4, "les démarches d’apprentissage visent à faire participer les élèves à la construction des connaissances et des compétences ; la pédagogie de projet met les élèves dans la situation de mobiliser compétences linguistiques et transversales pour aborder des situations nouvelles, produire et créer." [2]

  • L'apprentissage des langues vivantes en dehors des cours de langues vivantes
L'objectif est de ne pas limiter l'apprentissage de la LV à l'enseignement en cours de LV, mais de "mettre en relation la classe et le monde hors de la classe".
Le programme du cycle 4 indique en effet que "les ressources dont disposent élèves et professeurs ne se limitent pas aux langues enseignées : les langues de la maison, de la famille, de l’environnement ou du voisinage régional ont également leur place comme dans les cycles précédents, mais selon une démarche plus réflexive." [2]
Par ailleurs, l'utilisation de langues étrangères dans d'autres cours est recommandée dans le cadre des Disciplines Non Linguistiques (DNL). Si l'établissement opte pour une DNL en collège, cet enseignement n'aura pas lieu en plus des cours habituels, mais à la place de ceux-ci. Il est aussi possible de le mettre en œuvre dans le cadre d'un EPI. L'approfondissement qui était possible en section européenne, lui, disparaît puisque les sections européennes sont totalement supprimées.
Enfin, l'utilisation des ressources numériques est un moyen de prolonger en dehors de la classe le travail fait en classe.
  • Les nouvelles technologies
La partie "exemples de situation, d'activités et de ressources pour les élèves" du tableau figurant dans les programmes du cycle 4 [2] suggère d'utiliser "les supports numériques", de déposer des travaux d'élèves "sur l'ENT" (Espace Numérique de Travail).


En bref, "la construction des compétences langagières des élèves s’articule avec la construction progressive de la compétence culturelle à travers l’exploration de ces thèmes dans l’objectif de sensibiliser et d’ouvrir les élèves à la culture des autres, de leur apprendre à décoder et mettre en perspective des éléments de culture réciproques pour progressivement se projeter dans une dynamique de mobilité." [2]

[1] Programme de langues vivantes, cycle 3, p. 127 à 136
[2] Programme de langues vivantes, cycle 4, p. 257 à 269


Page mise à jour le 10 janvier 2016